Un rêve devenu réalité qui s’achève…

Chaque pays traversé, laisse ses empreintes sur moi, apporte un enrichissement, ses bonheurs, ses interrogations, en voici une concernant le Vietnam :

Patrick Juvet a chanté : où sont les femmes ?

Je répondrais en partie à cette question sur ce dernier pays, elles sont partout, omniprésentes dans les travaux des champs, des rizières, du maïs, dans les travaux de réseaux routiers, sur les marchés composés à 100% de vendeuses, dans les rues des femmes commerçantes  ambulantes, elles ont aussi beaucoup participé à la victoire de leur pays sur la France et l’Amérique.

Une seule fois, je les ai vu prendre du bon temps, ici, à jouer au ballon. Vous remarquerez que l’arbitre est un homme.

CIMG1829

 

Et les hommes me direz-vous?

Voici quelques activités :

CIMG2292

CIMG2310

Pipe à eau et thé à longueur de journée

CIMG2309

CIMG2325

Je sens que je vais me faire des ennemis avec ces images. Alors oui, pendant que ces dames travaillent à tout va, ces messieurs ont, en partie, la charge de l’éducation des enfants. En zone rurale, c’est à eux que revient la construction de l’habitat en bois, en zone urbaine ils sont présents dans le bâtiment. J’attends des avis sur ce sujet de la part de ceux qui ont sillonné ce pays, ça m’intéresse. Quelle est la place de la femme dans la société vietnamienne?

Deux semaines de congés payés qui s’allongent après une dizaine d’années d’ancienneté, la retraite est à 55 ans pour la femme, 60 pour l’homme pour ceux qui ont la chance de travailler dans des sociétés ou administrations. Pour ceux qui sont indépendants (je pense que ce sont les plus nombreux, très très longue journée de travail, pas de jour de repos, pas de retraite)

Les enfants

Le Vietnam, dont la population atteint près de 95 millions d’habitants, préconise aux familles de se limiter à 2 enfants, en voici les sourires heureux.

CIMG1782

Complicité entre deux sœurs vietnamiennes (dans le parc national de Ba Bé)

Economie : le café

Le café, n’est pas la boisson nationale, mais le Vietnam est à la deuxième place au niveau production et exportation. Le café, excellent, se décline de plusieurs façons : comme la photo ci-dessous, goutte à goutte il s’écoule, on admire, une odeur agréable vous monte aux narines, quand la dernière goutte tombe il est temps de déguster le café….. devenu « froid ». Une autre méthode le filtre ou expresso, auparavant on dépose un centimètre de lait concentré sucré dans le fond du verre, c’est délicieux, goût caramel.

CIMG1307

On peut s’interroger quant aux fonctionnements de tous ces commerces, marchés de rue, où les chèques, cartes bancaires sont absents, seuls les billets circulent d’une poche à l’autre, il ne semble pas y avoir de comptabilité, de tenue de stock non plus, si taxes et impôts il y a sur ces commerces, comment peuvent-ils être calculés?…… y a t-il une règlementation concernant ces marchandes ambulantes avec leurs 2 paniers sur leur vélo pour vendre quelques kilos de fruits?

La circulation

Ici un camion en panne, pas de chichi, en avant et en arrière de simples feuillages posés sur la route servent à avertir. Le mode de circulation dense, aucun respect d’un code de route, de feux tricolores, pas d’embouteillages non plus, donne beaucoup de fluidité, le tout dans la cacophonie des Klaxons et le calme le plus absolu des conducteurs, mais …. les statistiques indiquent un taux de morts excessif chaque année.

CIMG1358

camion en panne

Des visages

CIMG1889

                           Ce portrait des 2 héros du Vietnam trône dans les maisons et hôtels.                                  A gauche Hô Chi Minh, à droite le général Giap a l’honneur d’avoir gagné deux guerres, celle contre les français et celle contre les américains.

 

Portrait d’Asie

Ayant sillonné plusieurs pays d’Asie, pour moi cette photo est une belle représentation de l’Asie en général : une philosophie de vie, une certaine sagesse, le partage du temps avec des parents âgés qui  se poursuit bien au-delà de la mort avec le culte des ancêtres, chaque famille possède son autel des ancêtres.

CIMG2158

                                                           HANOI    Au bord du lac KIEM                                                                où se porte leur regard, leurs pensées?

 

 

Que du plaisir à partager avec vous, à lire vos commentaires, vous voir nombreux sur le blog………    c’est moi qui vous dit « merci »

 

bye, bye…..

 

 

 

 

 

Publicités

Direction Ha noï la capitale du Vietnam

En quittant le parc de BA BE

Nous empruntons une route indiquée par nos hôtes, mais celle-ci n’est pas sur nos cartes, ni sur le GPS dont le fond de carte est en zone blanche, Google mais non plus ne la connaît pas, bizarre… mais néanmoins nous faisons confiance, il paraît qu’elle est très belle.

Donc direction plein sud vers BAC KAN avec l’information que la ville est à une bonne cinquantaine de kilomètres. On avance à travers une très longue et belle vallée de rizières que l’on surplombe en grimpant des 14 et 16% sur des kilomètres, on a beau se dire on tient, on tient, mais c’est l’enfer car l’orage (eh oui) fait ruisseler le gravier et le sable sur cette route étroite et défoncée, par deux fois nous serons obligées de mettre pied à terre.

Une seule indication sur cette route, P. Vien, on se dit c’est la ville de Bac KAN puisque ici les noms de villes changent en gardant parfois l’ancien nom. Confiantes nous arrivons à P. VIEN, qui d’ailleurs ne se trouve pas sur nos cartes, et là une pancarte nous indique (enfin) la ville de Bac KAN à 40 km encore…..

Nha Nghi (forme d’hôtellerie bas de gamme)

Nous sommes à 150 kilomètres de Hanoï sur la route 3, nous trouvons notre hébergement pour un prix dérisoire, la dame précise en vietnamien que nous ne comprenons pas bien sûr, le tarif avec une indication que nous traduisons ainsi : tarif pour une personne ou pour une nuit, nous prenons.

Nous partons ensuite à la recherche d’une gargote pour dîner ce soir, revenons au bout d’une bonne heure et là cette dame nous attend et nous redemande si nous voulons dormir toute la nuit, quelle question ! bien évidemment on pense bien dormir toute la nuit, elle nous réclame donc un supplément qui est le double de ce que l’on a déjà payé, contestation, explication, on ne comprend pas mais on finit par payer. Nous remarquons que les serviettes de toilette sont grandes comme des mouchoirs de poche, nous faisons avec. Nous sommes intriguées par ce comportement et ces personnes qui nous entourent avec des sourires énigmatiques.

Nous aurons la réponse le lendemain, en reprenant notre route, souhaitant ne pas entrer dans Hanoï à l’heure de pointe, nous cherchons un hébergement à partir du km 50, nous sommes refusées au premier, au deuxième, au troisième, au quatrième. Enfin, le cinquième nous accepte, nous découvrons notre chambre avec une décoration bien particulière. Nous comprenons, qu’hier c’était un tarif horaire, nous sommes sur la route des « hôtels de passe » et il n’y a pas d’autres hébergements, encore faut-il le savoir.

CIMG1786

CIMG1790

CIMG1795

En un mois de pluie, j’aurais pu apprendre à rouler ainsi!

CIMG1797

CIMG1803

longue traversée de rizières avant d’aborder la difficile montagne

CIMG1805

CIMG1859

CIMG1870

la canne à sucre « rouge » la meilleure qualité pour faire du rhum mais au Vietnam c’est pour le sucre

CIMG1864

on la consomme aussi beaucoup ainsi, toute épluchée, très désaltérant

CIMG1871

 

CIMG1841

On prend plaisir à faire notre dernier marché avant d’arriver à Hanoï

CIMG1895

CIMG1914

traversée du fleuve rouge, le pont possède une voie spécifique pour les 2 roues

CIMG1896

j’ai un penchant pour le riz gluant, ici des carrés frits fourrés à l’oeuf et bouts de viande

 

Ha noï

Capitale de plus de 7 millions d’habitants, la circulation dense est composée de plus de 80% de motos, scooters,  à vélo nous nous fondons dans le flot de ces deux roues dans un concert permanent de Klaxons.

Ville agréable composée de plusieurs lacs, dont celui qui sert de point de repère le grand lac de l’ouest dont nous faisons le tour à vélo pour y découvrir plusieurs pagodes où se déroulent des cérémonies.

 

CIMG1037

depuis 3 mois, c’est la première fois que j’entends un son de cloches : cathédrale St Joseph

CIMG1038

très tendance à Hanoï de prendre son café assis sur des « mini » tabourets

CIMG1043

CIMG1055

Chants sur le lac de l’Ouest

CIMG1064

pour les touristes, le cyclo-pousse a fait sa réapparition dans le centre ville

CIMG1070

CIMG1072

notre hôtel se trouve dans cette rue, près du lac de Kiem dans le vieux quartier d’Hanoï

 

Nos visites

Le musée d’ethnographie et son jardin d’architectes avec reproduction d’habitats et tombeaux avec soutien financier de l’Allemagne, la France, …

CIMG1923

quelques visages parmi les 54 ethnies qui composent le Vietnam

 

 

L’habitat ou maison communale, en bas à droite un tombeau. La tribu peut être de filiation patrilinéaire ou matrilinéaire.

Le mausolée d’Hô Chi Minh

Des milliers de personnes sont là, hallucinant, on ne sait où prendre la bonne file, on entend parler de deux heures d’attente, après renseignement, contrôle, sacs laissés à la sécurité, l’appareil photo déposé à un autre endroit et nous voici au bon endroit et finalement 30 mn après nous sommes à passer devant le « héros » au tombeau réduit à son plus simple ornement, comme il a vécu. Le mausolée a été financé par la Russie et chaque année le corps est envoyé pour soins de conservation pendant une période de 2 mois.

 

CIMG2017

CIMG2015

La foule est composée d’un fort pourcentage de scolaires même le dimanche où certains ont cours

CIMG2094

la relève de la garde s’effectue toutes les heures

 

 

CIMG2021

Palais présidentiel (ancien palais des gouverneurs de l’époque coloniale) Hô Chi Minh a préféré une maison sur pilotis nettement plus modeste

CIMG2029

la maison sur pilotis

 

Ces 3 voitures lui ont été offertes en 1954 par l’Union Soviétique et la Nouvelle Calédonie (France).

Le musée d’Hô Chi Minh

CIMG2064

 

CIMG2081

la signature de celui qui deviendra en août 1942 Hô Chi Minh

CIMG2085

CIMG2070

CIMG2065

Un président qui n’a pas peur de se mouiller!

CIMG2072

CIMG2075

J’ai découvert ce journal que je ne connaissais pas sur la vie des colonies françaises

 

Le temple de la littérature

CIMG2054

Temple dédié à Confucius (551 – 549 av JC)

CIMG2057

C’est jour de fête pour ces étudiants avec remise de diplôme

CIMG2061

toujours à la recherche d’une occidentale pour la photo, j’en profite aussi

 

Spectacle de marionnettes sur l’eau

Spectacle traditionnel dont les premières représentations remontraient au 12ème siècle, ce folklore est inspiré par le paysage du delta du fleuve rouge. Les marionnettes sont en bois, imperméables.

 

L’ancienne citadelle

Après 1000 ans d’occupation chinoise, une nouvelle ère commence, nouvelle dynastie au 8è siècle. Cette cité de pouvoir évoluera avec de nouvelles constructions et démolitions suivant les dynasties dont la dernière se terminera en 1945, elle verra la destruction de beaucoup de bâtiments pour laisser placer à une architecture coloniale. A aujourd’hui le site est devenu site archéologique, classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le musée des femmes du Vietnam 

CIMG2161

Le musée des arts

Le marché sous les halles

CIMG2362

CIMG2364

des stocks de marchandises à ne plus en finir d’où émerge une tête

CIMG2369

Entre deux clients (qu’on ne voit pas) le matelas est prêt pour la sieste

 

Un breton au Vietnam : Didier Corlou a créé 4 établissements sur Hanoï de différentes catégories et budgets. Nous en avons testé un :

J’ai goûté le durian sous la forme d’une pâtisserie. Fruit qui a l’aspect du « Jacque » mais une odeur nauséabonde ce qui explique qu’on ne le trouve pas sur les marchés.   En coupant le gâteau, je confirme l’odeur qui m’est montée aux narines, quant à la saveur plutôt insipide, du moins sous cette forme, peut être à découvrir cuisiné d’une forme façon.

CIMG2314

CIMG2181

Ce gros fruit s’appelle « la main de bouddha », il s’utilise râpé sur des glaces, goût citronné

CIMG2224

Je ne sais pas si je vais rentrer en France, j’ai trouvé un job, marchande ambulante …

La route coloniale n°4, les ethnies, le parc national de BA BE et ses lacs

La route coloniale n°4

De TIEN YEN, nous remontons vers le nord est jusqu’à CAO BANG, le long de la frontière chinoise. Cette route parcourt la montagne formée de pics calcaires recouverts d’une végétation très dense. Elle a été le théâtre de plusieurs conflits, tout d’abord c’est dans cette région que démarre l’insurrection en 1944, en 1950 le Vietnam conseillé par la Chine gagne sa première victoire sur la France, cette route portera alors le nom « route du sang », beaucoup de soldats français y ont laissé leur vie. D’ailleurs, un mémorial a été édifié à CAO BANG, en mémoire à la guerre d’Indochine. En 1979, la Chine envahit la région, à cette époque les troupes du Vietnam sont occupées à libérer le Cambodge des Khmers rouges, les combats durent un mois, la Chine se retire, mais néanmoins des zones de conflits perdureront pendant dix longues années jusqu’en 1990.

Route historique, sur laquelle nous sommes invitées à partager un repas de mariage, un autre jour c’est un léger repas qui nous est offert pour le déjeuner, un arrêt pause café où me voyant trempée deux dames arrivent avec une multitude de vêtements chauds.

Ah, cet accueil du peuple vietnamien, une autre invitation nous est faite que je vous décrirai au cours de cet article, une invitation impensable chez nous.

Mariage

Tout le long des routes, Quel que soit le jour de la semaine, les fêtes et les mariages sont nombreux, plusieurs fois nous nous sommes arrêtées sans oser approcher. Ici nous sommes hélées, nous nous approchons pour quelques photos, de suite on nous tend un verre d’alcool de riz, puis un deuxième, il est 9h30 du matin, deux tabourets sont mis à notre disposition pour partager les différents plats avec eux, on reste un peu mais il nous faut repartir, on décline poliment le repas. Voilà qu’il nous prépare des victuailles dans des sacs plastiques, nous repartons avec notre déjeuner que nous prendrons avec une immense pensée envers tous ces gens.

Ethnie

CIMG1327

photo prise en pédalant, une nouvelle ethnie, les « Nung », ces dames sont amusées de voir que je les double

Je me prends au jeu des photos d’ethnies nouvelles que nous rencontrons sur notre route, de la recherche dans le guide, sur internet, lors de notre visite au musée à Ventiane. Très difficile de mettre un nom suivant la région, les vêtements, le Vietnam a officialisé 54 ethnies. On se rend compte qu’au Vietnam nord, tous ces différents peuples s’intègrent très bien dans la vie courante, sociale, économique. La majorité de ces dames apprécie d’ailleurs la prise de photo, comme une fierté d’appartenance à une culture qu’elles souhaitent conserver.

CIMG1329

dans les rues encombrées de LANG SON

Le marché de Lang Son

Le riz, une multitude de variété pour une multitude de recettes.

CIMG1374

qu’il est bon de flâner chaque soir parmi tous ces marchés dont les légumes sont toujours de première fraîcheur, hummm ça donne envie de se mettre aux fourneaux

Nous sommes toujours à parcourir une route de montagne avec de jolies vues panoramiques malgré la mauvaise météo qui nous a laissé deux jours de répit sans soleil mais sans pluie.

CIMG1352CIMG1354

CIMG1356

Région d’ethnie Tày

CIMG1363

Qu’elles sont belles toutes ces dames!

CIMG1366

femme ou homme porte souvent une serpe dans le dos accrochée à un ceinturon, très souvent ils vont ou viennent des champs

CIMG1389

ces deux vietnamiennes s’en vont à un mariage

Pause café « détrempée »

CIMG1391

Dông Khé, nous faisons une pause café, comme d’habitude jour de pluie et je reste en chemisier car nous avons effectué beaucoup de dénivelé donc pas froid, sauf lors d’arrêt où je prévois de mettre un vêtement sec et chaud. Françoise a préféré grimper avec son vêtement de pluie.

Je n’ai pas le temps de réagir, ces deux dames arrivent avec un legging, un pantalon de velours, un maillot manches longues, un pull over col roulé et une doudoune, je m’habille un peu pensant qu’elles souhaitent que je me réchauffe rapidement, mais quand je commence à retirer les vêtements, elles ne veulent pas, difficile de leur faire comprendre qu’on ne roule pas habillé ainsi et que j’ai de quoi dans mes sacoches, alors elles insistent afin que je les range dans mes bagages.  Finalement, je repartirai avec le maillot rose….  elles sont contentes, et moi réchauffée par tant de générosité et de bonté.

CIMG1395

CIMG1422

Départ de CAO BANG, on voit peu la police sur les routes …

CIMG1425CIMG1430CIMG1432

CIMG1448

CIMG1458

traversée d’un village, l’homme porte sa serpe à l’arrière

Parc national de BA BE et ses lacs

La commune ou village de BA BE nous ne l’avons pas vu sur le terrain, alors on prend la direction mentionnée HO BA BE, on se dit on va bien y arriver, effectivement on arrive au lac, (on comprend que HO veut dire lac en vietnamien). Nous pensions traverser le lac par la route mais elle n’est que sur ma carte pas sur le GPS, donc on prend un bateau……..

En fait, ce sont trois lacs reliés entre eux entourés de hautes montagnes, nos mollets s’en souviennent. Le  parc  renferme une grande variété de faune, nous avons vu beaucoup de jolis papillons sur notre séjour de 4 jours.

CIMG1460

CIMG1466

La route s’achève ici, ensuite traversée en bateau

CIMG1554

           nous allons dormir chez l’habitant dans le village au fond « PAC NGOI »                            Formule d’hébergement intéressante, pratiquée sur l’ensemble du parc, ce qui explique peut être l’abandon de la grande hôtellerie-restauration à l’entrée du parc

CIMG1480

authentique, avec ses maisons sur pilotis, peuple TÀY vivant des rizières surplombées par les falaises

CIMG1493

la durée des lacs est compromise, les rivières les alimentant apportent des quantités énormes d’alluvions qui rehaussent le fond des lacs, mais les scientifiques creusent …      le sujet                  le sable fait le bonheur de ceux qui font des travaux de construction et cela ne manque pas

 

CIMG1509

route bien jolie malgré les très très forts pourcentages

CIMG1497

longue étendue de riz, maïs

250 marches pour accéder aux grottes de HUA MA, ensuite une descente en spirale pour arriver sur une galerie longue de 700 m.  De magnifiques stalactites et stalagmites.

CIMG1532

La cascade de THAC TAT MA

CIMG1545

elle ne mérite pas les 18%  que nous avons montés, qu’importe nous y avons fait de belles rencontres …….

CIMG1550

CIMG1557

nous repartons à vélo sur le village de BO LU, notre « homestay » ici est un peu plus cossu et nous y passons 3 nuits, l’accès se fait à travers les rizières, donc pas de voitures

Une journée découverte

Départ en bateau à 8h pour naviguer sur deux lacs, rejoindre une rivière qui doit nous mener à une grotte où une variété de chauve-souris a élu domicile, arrêt dans un village d’ethnie Tày à pied dans le dédale des rizières, on ne joue pas les funambules mais pas loin, cascade, temple sur un îlet, marche à pied dans la forêt humide avant retour pour un bon dîner.

En fait, nous prendrons le vrai départ à 10 h seulement, vous vous êtes rendu compte que depuis que nous sommes au Vietnam, il pleut……   et ça nous poursuit.

A 8h, nous avons notre petit bateau pour nous deux, sympa, nous partons, au fur et à mesure le ciel s’assombrit pour devenir très noir et c’est la grêle, les éclairs, les trombes d’eau qui s’abattent … notre équipage prend la décision de faire demi-tour, nous rentrons trempées, l’orage durera 1 h 1/2.

 

CIMG1566

CIMG1567CIMG1576CIMG1592CIMG1595CIMG1601

CIMG1616

PUONG CAVE  traversée par la rivière

CIMG1618

CIMG1621

belle cavité semi-circulaire, au plafond dans les trous de roche, on entraperçoit et on entend surtout les cris des chauves-souris

CIMG1637

suivez le guide, sans mettre le pied à côté, au fond le village où l’on va déjeuner

CIMG1639

CIMG1664CIMG1682

CIMG1695

Le port de BO LU

CIMG1696CIMG1699

CIMG1704

notre « homestay » avec les toits en feuilles

Invitation surprenante, pour nous

Lors d’une promenade à pied, dans le village de BO LU, nous passons devant une habitation ou plusieurs personnes, habillées de blanc avec des coiffes ou turbans, installées autour d’un thé et d’un verre d’alcool de riz, nous font signe de venir. Intriguées par leurs tenues, nous acceptons de partager la boisson offerte, et voilà à quoi nous assistons :

CIMG1713

curieuse, je demande si je peux entrer dans la maison, de suite le rituel du thé

CIMG1708

A l’extérieur, les hommes continuent de boire, sourire….

CIMG1712

A peine, 10 min que nous sommes là, 4  femmes se mettent en lamentation (pleureuses) en se cachant le visage, on assiste à tout un rituel avec un maître de cérémonie. Les hommes sont à droite debout et les femmes à gauche assises en tailleur  (nous aussi).

Au centre de la pièce trône une photo, un autel avec des offrandes, déroulement du tapis des offrandes vers la porte (discrètement je me décale un peu), ensuite une urne avec encens et bougies est placée dans la même direction, incantation, pleurs, lectures ………

CIMG1721CIMG1722

CIMG1727

vous l’avez sûrement compris, nous avons été invitées à une cérémonie funéraire!!!

 

toujours dans le parc national

CIMG1728

le manioc râpé avec séchage au soleil

CIMG1730

la racine de manioc

CIMG1732

les vietnamiens sont sveltes, embarcation taillée dans un tronc d’arbre

CIMG1769

on lance le filet, on récupère le petit poisson qui est stocké dans le petit panier accroché dans le dos

CIMG1652

les fourmis ont fait leur habitation

 

Quelques photos de petits et gros papillons

CIMG1655CIMG1661CIMG1737CIMG1744CIMG1759CIMG1762

CIMG1368

bel arbre qui a la particularité d’être sans feuille : le kapokier (vous connaissez le kapok dans les oreillers, et bien il vient de cet arbre)

CIMG1369

Nous quittons le parc national de BA BE après y avoir passé quatre jours dans un environnement fort agréable, en pleine nature.

             Je termine cet article à la date du 20 mars, encore quelques jours de découvertes et d’aventures…

Singing in the rain, ride a bike also!

CIMG1303

J’ai adopté la tenue de pluie vietnamienne, ici tout le monde est équipé ainsi

Direction Hai Phong, nous traçons la route dans la journée, 2 fois 2 voies dont une est réservée aux deux roues motorisées et bicyclettes, ce que nous apprécions même si parfois les camions n’hésitent pas à l’emprunter, on y trouve également des personnes à pied, nous avons fréquemment des arrêts intempestifs à faire.

Hai Phong grande ville avec port de commerce important, occupée par les japonais lors de la deuxième guerre mondiale, ensuite bombardée par les français, qui l’avait appelée la « Venise verte ».

Nous prenons un ferry au port de Ben Binh (là encore, c’est une personne complaisante, qui nous conduit jusqu’au port car les indications font terriblement défaut). Il nous faut pédaler rapidement pour ne pas perdre la moto de vue parmi les centaines d’autres.

Au bout de 50 mn de navigation en mer, nous débarquons avec nos vélos à Cat Ba ville sur l’île de CAT BA.

CIMG1115

L’île est très touristique, point de départ de beaucoup de croisières, mais là encore, on est attentif aux arnaques, on est constamment accosté pour des propositions d’embarquement bateaux pour diverses visites, rien d’officiel, d’ailleurs ce qui fait office de tourisme, personne ne parle anglais, pas de tableau d’affichage de quoi que ce soit.

Cat Ba est la plus grande des îles de la baie d’Along qui est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO avec ses 2000 îles qui la composent. Cat Ba possède un grand parc national que notre parcours vélo empruntera partiellement sur une partie non payante, des grottes, quelques petites plages intimistes que nous découvrirons lors de notre traversée vers les baies.

CIMG1106

sur l’île de Cat Ba

CIMG1117

la ville de Cat Ba

CIMG1118

Ville de Cat Ba, le front de mer où poussent les hôtels

CIMG1126

Vous avez dit sécurité !        équilibre ou acrobate pour lui

Nous partons à vélo faire la côte ouest, bord de mer, sur une route partiellement en piste puisque, développement touristique oblige, un élargissement est prévu.

Nous allons jusqu’au port de CAI VIENG entouré par la pisciculture intensive, et des mangroves plantées. Dans la boue, des gens ramassent des petites huîtres collées les unes aux autres.

CIMG1127

sud de l’île de Cat Ba

CIMG1128

CIMG1131

le port de Ben Béo

CIMG1132

La roche est propice à l’escalade

CIMG1147

CIMG1158

Pas de différence entre le ciel et la mer

CIMG1161

Effet miroir

CIMG1165

CIMG1284

les huîtres sont minuscules mais bien remplies, gros travail de ramassage dans la boue, ouvrir, nettoyer, on en trouve beaucoup sur les marchés

CIMG1166

En traversant l’île pour aller à la pointe nord avec les montagnes en forme de pain de sucre autour de nous

CIMG1167

CIMG1169

Lors de notre arrêt déjeuner, la table, d’à-côté de nous, nous offre un verre d’alcool de riz (on ne refuse pas même s’il reste encore des km à faire et du dénivelé, de toute façon c’est incorrect ici de refuser) accompagné d’une galette de riz soufflé recouverte de sésame noir.

CIMG1174

La grotte « Dông Hoa Cuong« 

CIMG1175

l’eau n’y coule plus, on peut y admirer de très belles stalactites

CIMG1182

Quelques belles vues « embrumées » du port de Gia Luan au nord de l’île qui fait plus de 30 k

CIMG1184CIMG1192

Nous choisissons de découvrir la baie de Lan Ha ainsi que la baie d’Ha Long depuis l’île de Cat Ba.

Nous quittons l’île au sud au départ du port de Ben Béo.

Nous passons plus d’une demi-journée à chercher où prendre un bateau pour effectuer ce que nous voulons faire et savoir même si c’est possible, nous allons d’un port à l’autre, tous les renseignements diffèrent, les multiples propositions faites pas des propriétaires de petits bateaux sont onéreuses, vagues quant au tracé sur la carte que nous leur montrons. Après hésitation, ne trouvant pas, on opte pour le lendemain matin pour un petit bateau sachant que la traversée est longue, près de 4 h avec une météo toujours très humide. Nous gardons en mémoire toutes les mises en garde concernant la sécurité et les arnaques concernant ces croisières. Nous rentrons à notre hôtel et demandons à la réception,  celle-ci nous dit qu’elle peut faire le nécessaire, à savoir, réserver nos places sur un gros bateau via leur intermédiaire, on n’hésite plus d’autant plus que c’est moins cher, et pas de suppléments pour nos vélos.

La baie de LAN HA 

C’est celle que j’apprécie le plus, malgré la brume, je me laisse emporter dans cet environnement féerique, comme dans un conte imaginaire, petits que nous sommes parmi ces gros pains de sucre sortant de l’eau.

CIMG1209CIMG1215

CIMG1217

Le commerce du poisson est important, rien qu’à voir les barques remplies, d’ailleurs sur l’île certains restaurants possèdent des aquariums avec différents poissons et crustacés, on choisit son poisson, il passe en cuisine, ensuite dégustation. Nous avons opté pour le poisson grillé, coquillages dont des grosses moules.

CIMG1220

Village flottant dont chaque maison possède sa pisciculture.

CIMG1226CIMG1229CIMG1231

CIMG1234

Iles karstiques comme des fantômes surgissant de l’eau

CIMG1235

CIMG1237

La baie d’HA LONG 

Auparavant, il nous faut changer de bateau au milieu du golfe du Tonkin parmi les îles. Avec les vélos équipés, c’est sportif, mais aimablement ces messieurs le font pour nous.

Laissez-vous emporter par les images, installés à l’avant du bateau, doucement vous pénétrez dans une atmosphère de plus en plus brumeuse, les îles n’en finissent pas d’apparaître au fur et à mesure que vous naviguez, laissez votre imagination créer sa propre légende, chacun la sienne ……   zen, zen, zen…….

CIMG1252

Le linge en attente du soleil ……..

CIMG1257CIMG1258CIMG1262CIMG1266CIMG1272

CIMG1275

fin de la rêverie, on nous invite à quitter le bateau

Le bateau nous débarque sur l’île de TUAN CHAU uniquement toutes les deux avec nos vélos, nous pensions que tout le monde descendait, alors on s’inquiète un peu car sur ma carte c’est bien une île, on nous fait comprendre qu’il y a un pont maintenant. Les autres personnes embarquent sur une petite embarcation pour, semble-t’il, la ville de Halong.

CIMG1283

Ouf ! effectivement il existe.

Nous poursuivons donc notre route, sous la pluie toujours mais avec bonne humeur, jusqu’à la ville de HALONG, inintéressante avec ses constructions, ses travaux routiers, la ville n’a rien de touristique. Elle est constituée de deux presqu’îles reliées par un pont construit et financé par les japonais.

CIMG1291

Le pont de BAI CHAY (avec le drapeau japonais et laotien)

CIMG1296

CAM PHA sera notre halte pour ce soir, salon de coiffure installé sur le trottoir, ma tête en aurait eu bien besoin

Aujourd’hui, 12 mars, nos vêtements sales, humides non pas été lavés depuis le 23 février, (nous, si, je vous rassure)  impossible de laver et sécher notre linge, vue la météo journalière, chaque soir nous cherchons désespérément une laverie mais dans cette région montagneuse, c’est une demande très curieuse, ici le linge suspendu sur des cintres attend le soleil…..

Mon côté gourmande, j’ai goûté à :

CIMG1299

le ramboutan ou litchi poilu, l’intérieur est identique au litchi mais avec moins de saveur

CIMG1310

Le BANH NUONG ou gâteau de lune, de forme ronde comme la lune, se déguste lors des fêtes de la mi-automne, l’intérieur est fourré avec du riz gluant sucré

 

J’ai aussi dégusté celui fourré aux fruits secs parfumés, délicieux

bon appétit…

Que fait-on dans la purée de pois?

Dans un premier temps, nous prenons le bus pour rejoindre SAPA située à 1500m d’altitude. Un trajet de 3h30 mn pour faire 100km en passant par 3 cols dont le dernier et mythique « Tram son » se trouve à près de 2000 m, aucune visibilité, difficile pour le bus dont les essuie-glaces fonctionnent en continu sans beaucoup de succès.

C’est une grande déception pour moi de ne pas pouvoir effectuer tous ces cols à vélo et profiter des vues magnifiques par beau temps, vues admirées sur tant de blog de cyclo-randonneurs.

Sapa

cimg0819

cimg0824

Arrivée à Sapa, doudoune et veste de pluie sont nécessaires 3°, partout dans les gargotes, les guesthouses, on est reçu par un personnel travaillant avec les gros manteaux, écharpes, se réchauffant le bout des doigts avec un feu réalisé dans une gamelle

cimg0828

Ici, le tourisme est très développé en collaboration avec les minorités ethniques qui servent de guide pour les treks, et profitent du système pour vous faire acheter un petit souvenir, artisanat local qui les font vivre également.

 

Une journée à la rencontre d’ethnies

cimg0835

On ne choisit pas son guide, c’est elle qui jette son dévolu sur vous, voici la nôtre d’ethnie « Hmong noir », elle parle un peu le français et l’anglais

cimg0837

cimg0841

évidemment avec la pluie, pas facile, elles sont en bottes caoutchouc et nous en baskets

cimg0848

brouillard épais, pas de vue sur les rizières en terrasses, heureusement que ces dames portent des tenues traditionnelles qui apportent beaucoup de couleurs

cimg0854

il y a 2 sortes de rizicultures : aquatique, celle que tout le monde connaît, et également sèche où l’eau est apportée seulement par la pluie, ce qui fait que ces parcelles de terre ne sont mises en riz que tous les 4 ans avec une nécessité d’effectuer d’autres cultures entre temps.

cimg0863

cimg0871

les villages sont proches les uns des autres , chaque minorité ethnique a son fonctionnement, ses croyances, son langage, possède son école, même une maternelle.

cimg0872

Ici nous sommes chez les « Dzao »

cimg0875

« Hmong noir »

 

cimg0885

les villages vivent des rizières, artisanat de toutes sortes : tissage, couture, poterie……

cimg0888

cimg0890

Une autre guide nous prend en charge pour la deuxième partie de notre treck, une « Dzao » avec laquelle je prends plaisir à partager puisqu’elle parle le français et l’anglais, elle a 5 enfants, son mari s’occupe des petits derniers.

cimg0898

 

 La vallée du fleuve rouge de Lao Cai jusqu’à Hanoï

Nous décidons de rejoindre la ville de LAO CAI à vélo qui se trouve près du fleuve rouge, donc 38 km de descente.

Nous partons tous feux allumés sur le vélo et le casque, le gilet jaune fluo, en prudence car le brouillard est épais.

cimg0903

cimg0912

Bord de route, on assiste au dépeçage d’un buffle.

cimg0916

Cette dame tente de faire tomber une cabosse de cacao, production introduite par les français à la fin du 19è, abandonnée car non rentable puis reprise par 2 français vers les années 1980, pour en faire un excellent chocolat.

Sur un marché, on me propose de goûter à ces petites bêtes, je décline poliment.

cimg0925

Départ de LAO CAI, le fleuve rouge long de 1200 km qui prend sa source en chine, son delta se situe à HANOI

 

LAO CAI ville frontière avec la chine, ce qui explique peut être le développement de cette immense ville, les constructions dont l’architecture très particulière est identique, maisons à vendre et à terminer soi-même.

Les églises côtoient les temples qui n’ont pas le faste des pays récemment parcourus.

cimg0949

Grande région de forêts avec le travail du bois dont des  feuilles sont découpées sur la circonférence

 

 

cimg0950

Mon attention est attirée par une musique : spectacle de danses scolaires en plein air

cimg0955

jusqu’à présent, je n’ai pas encore vu une femme de minorité ethnique sur un vélo

cimg0956

il suffit de passer dans les rues, et on est invité à prendre le thé, ici cette maman et son fils, son mari qui ne parle que vietnamien nous font entrer dans leur maison, et le rituel du thé commence : des petits verres style « digestif » sont placés sur un plateau, on y verse une goutte de thé chaud et on transverse dans chaque verre pour les laver, toujours du thé chaud à proximité. On adopte le langage des dessins pour échanger ……..

cimg0963

sur le marché de PHO RANG, ces deux fillettes viennent vers moi pour jouer mais deviennent bien sérieuses devant l’appareil photo

 

 

cimg0973

sur la route de PHO RANG dans la vallée du fleuve rouge, on croise une nouvelle minorité ethnique « Hmong fleur » dont la tenue est très bariolée

Nous sommes toujours sous la grisaille, malgré que nous soyons en basse altitude avec un dénivelé journalier autour de 700/800 m.

Nous assistons dans un même endroit, à toutes les étapes de la culture du riz, de la préparation de la terre avec le labourage, le nivelage de la surface, arracher le riz de la pépinière ensuite le repiquage du riz.

cimg0983

Cet homme récupère les plants de riz de la pépinière

CIMG0980

Préparation de la terre avec le labour

CIMG0987

le nivelage de la surface

CIMG0978

maintenant on repique les plants

Nous poursuivons notre route dans cette grande vallée où la partie centrale est  occupée par des collines, la bruine sévit toujours, ici nous traversons le fleuve rouge

CIMG0991

CIMG1002

Il est presque midi, une dame se promène sur le bord de la route avec son bol de riz, elle nous invite à partager son repas composé de poulet au gingembre, poisson, porc. Là encore l’échange se fera avec des dessins. Et nous échangeons quelques mots de français contre un peu de vocabulaire vietnamien. Les invitations le long des routes sont fréquentes, que ce soit pour prendre un petit verre d’alcool de riz, ou de thé.

CIMG1005

Visiblement, les provinces n’ont pas les mêmes budgets pour entretenir le réseau routier, nous effectuerons 43 km de piste et arriverons crottées avec la pluie

CIMG1007

sur cette piste, la vie est intense, beaucoup de petits villages, c’est la première fois que nous rencontrons des chevaux en Asie du sud-est

CIMG1009

Madame promène son buffle dans un environnement végétal luxuriant

 

CIMG0995

ces fleurs servent d’offrandes à Bouddha, leur parfum vient chatouiller agréablement nos narines le long des routes, des fleurs d’agrumes (citron, kumquat ?)

CIMG1016

cette longue vallée de 300km de LAO CAI jusqu’à HA NOI est très fertile, rizières et plusieurs autres cultures, le thé, ici les mûriers aux baies rouges ou blanches, le Vietnam fabrique de la soie

CIMG1023

le carambole fruit du carambolier dont il ne faut pas abuser car toxique

CIMG1028

c’est ce qui s’appelle « prendre le train à la porte de chez soi » et entre les rails pourquoi pas y cultiver ses choux et ses plantes aromatiques

CIMG1034

le buffle dans toute sa splendeur

Aujourd’hui 6 mars, nous arrivons à HA NOI, sous la pluie.

90 km auparavant, la circulation est infernale avec les deux roues, les nombreux bus, les camions qui tous klaxonnent en continu, c’est le capharnaüm et j’arrive avec la tête comme une citrouille.

Nous sommes accueillies pour notre première nuit chez le vietnamien rencontré au Laos, grâce au gps et carte, ce n’est pas trop difficile de trouver notre route, là encore, il faut suivre le mouvement incessant des deux roues, surtout ne pas stopper inopinément et tout se passe bien. C’est l’occasion de déguster nos premiers nems « fait maison » et c’est tout simplement délicieux, nous découvrons aussi la « pomme de lait » fruit de couleur verte, très molle à l’aspect laiteux.

CIMG1076

La pomme de lait coupée en deux possède 5 petits noyaux

 

CIMG0970

On va faire comme ces MOUCHEROLLES A TÊTE BLANCHE, on se pose pour décider dans quelle direction on repart demain ……..

 

PS – Merci aux lecteurs, les petits messages commentaires font plaisir qu’ils soient sur le blog, mail, facebook, line. Merci également à Joël V., d’avoir publié le précédent article, mon blog étant « indisponible » sur plusieurs jours.

Good morning Vietnam!

Passage de frontière

cimg0601

le passage de frontière est situé à 1150 m d’altitude. Il se fait très rapidement ayant  notre visa pour une validité de 3 mois, mais je rassure tout le monde je rentre avant, mais simplement que nous y sommes pour 5 semaines

C’est une descente de près de 17 km que nous effectuons sur une route plus que cabossée, en travaux, pleine de graviers, pas agréable alors que nous pensions faire une superbe descente de col tout en admirant la montagne.

Histoire de nous rappeler la fameuse victoire du Vietnam en mai 1954, nous sommes accueillies par des mines qui pètent autour de nous : des pans de montagne glissent, plusieurs carrières sont ouvertes.

cimg0604

cimg0608

un de mes pneus ne résistera pas, par chance je trouve un vélociste à Diên Biên Phu qui me le remplace (le tout pour 100 000 dôngs soit 4 à 5 euro)

Ici, on devient vite millionnaire, car pour 1 euro on obtient 24 000 dôngs.

Diên Biên Phu

Les 2 roues motorisés sont majoritaires, le port du casque est obligatoire mais le nombre de personnes ne semble pas être limité. Ça klaxonne à tout va sans agressivité, 2 coups veut dire : je double. La réglementation n’est pas toujours respectée, les camions s’imposent, nous nous faisons comme les autres avec prudence.

cimg0610

On parcourt 16 km dans la vallée de Diên Biên Phu sur une route centrale parmi des rizières qui occupent une largeur de 9 km, c’est une entrée dans la ville plutôt impressionnante quand on se replonge dans la fameuse bataille qui s’y est déroulée, les collines qui l’entourent dont les français avaient donné un prénom féminin à chacune.

cimg0623

Une visite du musée s’impose, intéressant malgré la mauvaise qualité des photographies et de la vidéo.

Un peuple avenant vis à vis de nous, touristes français, sans rancoeur aucune des actions passées avec les pays qui les ont meurtris. Au musée, on y voit des courriers datés de mai/juin 1954 émanant de généraux français remerciant le Vietnam d’avoir soigné et libéré des soldats prisonniers français.

cimg0637

Le marché, on y vient avec son vélo pour y vendre quelques fruits ou légumes

cimg0638

cimg0642

sur le marché, une nouvelle coiffure apparaît : petit chignon sur le dessus de la tête serré avec un ruban orné d’une broche

cimg0643

Diên Biên Phu, le seul pont en bois qui a résisté à la guerre

cimg0651

le casque colonial est porté par des personnes âgées assises sur des vélos dont le siège est toujours très bas

cimg0661

le travail dans les rizières a commencé avec l’éclaircissage pour repiquer, l’engrais et le désherbage dans certaines

cimg0668

très longue vallée de la « Nam Na » tapissée de rizières couleur émeraude

cimg0669

sous le chapeau pointu, la coiffe

cimg0674

l’élégance pour cette dame qui mène un troupeau de buffles avec les petits

Muong Cha

C’est un véritable carrefour de vies avec une activité intense, les ethnies descendent de leurs villages pour commercer.  On en croise aux coiffes de formes et couleurs différentes, des jupes rouges, vertes, bleues, ces dames se différencient de leurs origines par une couleur ou un accessoire.

cimg0684

cimg0693

toujours agréable de siroter un jus de fruit tout en observant la rue, à regarder déambuler ces dames, ici  3 ethnies

cimg0696

Les hommes sont peu nombreux à avoir un habit particulier sauf celui-ci

cimg0698cimg0699

cimg0677

on voit trop souvent des bébés endormis ainsi

Sur la route 12,  direction CHAN NUA

N’allez pas croire, qu’on avance vite, non c’est toujours la montagne même si la rivière n’est pas loin sur la carte, chaque jour on accumule le dénivelé avec les petits coups de cul qui finissent par être normaux ici avec du 10/11%.

C’est la pleine saison des ananas, nous profitons largement de pouvoir les acheter déjà tout préparés, agréable en plein aprés-midi sous le soleil  voire le matin au petit déjeuner.

Aujourd’hui c’est notre premier jour où la température restera autour de 10 degrés, sans soleil.

cimg0710

un champ d’ananas

cimg0711

nous sommes accostées par un motard qui prend plaisir à échanger avec nous, il est enseignant, donc connaît un peu l’anglais, on apprend qu’il est vietnamien d’ethnie « thaï », encore une fois, il est impressionné par ce que nous faisons à notre âge

cimg0715

on a bon vouloir conserver ses us et coutumes de « Hmong rouge », on n’en est pas moins adepte de son portable

cimg0721

cimg0723

enfants espiègles d’ethnie « Hmong rouge »

Ici, nous rencontrons beaucoup d’ethnies diverses s’intégrant tout naturellement à la population des villages voire des villes.

cimg0728

nombreux travaux routiers sur cette route 12

cimg0731

cimg0735

Muong Lay : le type d’habitat est partout le même le long de la « Nam Na« 

cimg0737

Les buffles protègent leur garde-manger ?

cimg0738

On passe d’une large vallée à des gorges

cimg0748

jour de marché, les herbes à fleur jaune sont souvent dans nos repas

cimg0753

Les papas participent aux soins des enfants

Phong Tho

Il fait de plus en plus froid, on a beau grimper, la température du corps ne suit pas.

cimg0774

les vietnamiens sont des adeptes de la « pipe à eau », ici chacun s’arrête, fume et reprend sa route. J’ai pu constater, lors de ma rencontre au Laos avec le chauffeur moto vietnamien qu’il existe des petits formats individuels (sûrement plus hygiénique)

cimg0777

Certaines femmes sont fières de poser pour la photo, elles peuvent, elles sont très belles et leurs tenues aussi.

cimg0784

avec le port de jupe : soit le pantalon, soit les jambières, soit comme ici des bandelettes qui scintillent mais glissent souvent

Nos premières spécialités vietnamiennes : les nems bien sûr et le plat traditionnel national « le Pho » soupe de nouilles plates de riz, bouillon qui cuit au moins 8 heures, des herbes et quelques rondelles de viande soit bœuf ou autre.

Toujours aussi froid ce matin au réveil, vent, pluie et le brouillard alors que nous ne sommes pas très haut. On se renseigne sur la météo à savoir si on attend un peu dans cette ville pour reprendre la route. Mauvaise nouvelle : la météo est extrêmement mauvaise sur les 15 prochains jours sur toute la montagne nord, ce qui est notre tracé.

Il va falloir prendre une décision ……….

Laos, à méditer…

Le Laos est un pays enclavé, qui ne peut que composer avec ses voisins, la Thaïlande, le Vietnam, et surtout la Chine.

Le souhait du gouvernement est d’accélérer le développement touristique surtout des clients chinois, le pays n’a pas d’argent, beaucoup de pauvreté.

Le réseau routier

Tout naturellement la Chine a construit une excellente route de Pakmong vers sa frontière sud chinoise, les emplois sur le réseau routier sont à 10% réservés aux laotiens et le reste pour les chinois dont certains se sont installés à Oudomxay (25% de la population).

Sur la route principale numéro 13 qui traverse le pays du nord au sud, une station service comme celle ci-dessous est en cours de construction, et ce tous les 500m, non ce n’est pas une erreur de zéro, je dis bien 500m, c’est complètement absurde.

 

 

L’électricité

Les photos « Powerchina » sont également omniprésentes sur la rivière « Nam Ou » puisque la Chine pilote le projet entièrement en construisant pas moins de 4 barrages sur cette très longue rivière qui possède de nombreux affluents.

Nous avons traversé un village à vélo qui devrait disparaître sous les eaux, ainsi que le trekking que nous avons fait ne pourra plus se réaliser.

cimg0380

 

Le train

La Chine a lancé un projet, déjà démarré en Thaïlande, de train passant par le Laos via Vientiane, la Thaïlande, la Malaisie pour arriver à Singapour. La Chine pilote le projet et finance à hauteur de 70%, le Laos finance à 30% via un emprunt auprès de … Pékin. On a entendu parler d’un taux à 20% (à vérifier). Cela va faire du Laos le 4è pays le plus endetté.

Le Laos possédait 14km de train réalisés à l’époque du protectorat français, mais obsolète depuis longtemps.

Quelques ressources économiques en augmentation

l’hévéa

cimg0416

 

 

et les plantations de teck en augmentation, tout comme la Thaïlande, l’Inde et la Birmanie qui elle détient la meilleure qualité de teck.

cimg0347cimg0348

 

 

 

Eux, sont heureux ………

 

Comme des poissons dans l’eau !